Le Père Louis Bouyer et la liturgie

Publié le par Abbé Laffargue

- Le métier de théologien du Père Louis BOUYER, de l'Oratoire,
entretiens avec Georges Daix, Préface de Hans Urs von Balthasar, Hommage du Cardinal Lustiger (Homélie à ses obsèques , le 26 octobre 2004 à Paris) Ed. Ad solem, Genève, 2005, 302 pages, 20 euros.
On remarquera, en particulier, les chapitres 4 (La réforme liturgique et ses malfaçons) et 5 (L'homme et le sacré). En 1968 il osait écrire: La liturgie catholique n'était plus guère qu'un cadavre embaumé. Ce qu'on appelle aujourd'hui "la liturgie" n'est plus que ce cadavre décomposé.(p.63) Ce pasteur protestant converti au Catholicisme en 1939 - que le Pape Paul VI voulait créer Cardinal - déplorait que sous prétexte de rénover la vie (liturgique) on avait fait litière du passé (p.65), que les acteurs d'une fausse réforme liturgique savaient très bien où ils voulaient en venir et ce qu'ils voulaient faire (p.73), que tout l'aspect sacrificiel, tout l'aspect de Présence s'effaçait devant l'aspect de simple communion horizontale des hommes entre eux.
On s'était ainsi débarrassé des autels traditionnels (...) pour en faire des tables communes, des tables dont soit écartée toute idée d'autel (...) de lieu d'un sacrifice. (p. 77)
Sur le latin et le grégorien on lira les pages 81 à 84; sur la Messe de Saint Pie V les pages 85 à 87; sur les vêtements liturgiques (avec la moquerie sur les aubes sans cordon ou "prénatales") pages 90 à 94; etc...
Fort heureusement, mais tardivement, le Pape Jean-Paul II, donnera l'interprétation authentique de la réforme liturgique voulue par le Concile Vatican II: dans la Présentation générale de la troisième édition typique du Missel romain (P.G.M.R.,2000), dans l'encyclique sur l'Eucharistie (2003) et dans la condamnation des déviations la concernant (Redemptionis sacramentum, 2004). On pourrait ajouter crûment: sans résultats. C. L.

Publié dans Livres recommandés

Commenter cet article