Article publié depuis Overblog

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 14 avril 2019 – 14ème année                                            

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur(C) 

 

 

LES TEXTES DE LA MESSE

            Allons à la rencontre du Christ, gravissons ensemble le mont des Oliviers...

            (Office des lectures)

 

 

         Ainsi s'exprime saint André de Crète (v. 660-740)dans son homélie pour le dimanche des Rameaux. Et il poursuit : "Alors, courons avec lui qui se hâte vers sa passion; imitons ceux qui allèrent au-devant de lui. Non pas pour étendre sur son chemin, comme ils l’ont fait, des rameaux d’olivier, des vêtements ou des palmes. C’est nous-mêmes qu’il faut abaisser devant lui, autant que nous le pouvons, par l’humilité du cœur et la droiture de l’esprit, afin d’accueillir le Verbe qui vient, afin que Dieu trouve place en nous, lui que rien ne peut contenir."

La très belle hymne liturgique de la Passion (Vexilla regis prodeunt… Les étendards du roi s’avancent…ravive notre foi et nous fait entrer dans le mystère de la Croix : Arbre dont la beauté rayonne, paré de la pourpre du Roi… (4èmestr.)Salut, autel ! Salut, victime de la glorieuse passion ! La vie qui supporta la mort, par la mort a rendu la vie ! (5ème)

Par la puissance de la croix apparaît en pleine lumière le jugement du monde, la victoire du crucifié (1èrePréface de la Passion)Voici les jours où nous célébrons déjà sa victoire sur le mal et le mystère de notre délivrance (2ème).

"Le cortège triomphal passe le sommet du Mont des Oliviers et descend par le versant occidental, vers le temple que l'on surplombait. Toute la ville apparaît à la vue de Jésus, et en contemplant ce panorama, il pleure (Lc 19, 41).

   Des pleurs, parmi les cris joyeux de cette entrée solennelle, sont complètement inattendus, et les disciples sont déconcertés. Plein de miséricorde, il a compassion de cette ville qui le repousse. Il a tout essayé: miracles, actions, paroles; sévère parfois, indulgent toujours...

Dans notre vie aussi, Il a tout essayé ! Il a utilisé tous les remèdes possibles: Il nous a cherchés, nous a rencontrés (en faisant comme si c'était par hasard)! Il a répandu sur notre vie tant de grâces ordinaires et extraordinaires ! (...)

L'histoire de chaque homme est vraiment l'histoire de la sollicitude de Dieu envers lui. Chaque homme restera l'objet de la prédilection du Seigneur. Jésus a tout essayé avec Jérusalem, et la ville n'a pas voulu ouvrir ses portes à la miséricorde. C'est le profond mystère de la liberté humaine de ce pouvoir, qui a la triste possibilité de rejeter la grâce divine (...).

Dans le sermon sur le Dimanche des Rameaux (2, 4), Saint BERNARD dit ceci :

   "Quelle différence entre les cris: Crucifie-le, crucifie-le ! et  Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, hosanna au plus haut des cieux! Quelle différence entre l'appeler maintenant Roi d'Israëlet dire peu de jours après: nous n'avons pas d'autre roi que César!Qu'ils sont différents, les rameaux verts et la croix, les fleurs et les épines ! Avant, ils étendaient leurs propres vêtements comme un tapis pour lui, et bientôt ils lui enlèvent les siens et les tirent au sort...! " (*)

 

Entrons dans cette grande Semaine, dans cette Semaine sainte, avec une grande ferveur. Plus que jamais, Jésus, notre Seigneur et notre Dieu, est conspué, moqué, condamné et trahi par les siens. Ceux auxquels Il a tout donné et pour lesquels Il S'est offert en sacrifice. Plus que jamais nous devons Lui être fidèles, être fidèles à Son enseignement, à Son Eglise. Plus que jamais nous devons Le défendre et L'aimer, oui, L'aimer de tout notre cœur, de toute notre âme !

Le Jeudi-saint, fête anniversaire de tous les prêtres (que faites-vous de vos prêtres, qu'en faites-vous ?), vous prierez pour eux et les entourerez de votre affection et de votre reconnaissance. Que les anciens retraitants (-tes), se souviennent de la prédication du Jeudi-saint avec le calice, la patène et la croix (sacrement fruit du sacrifice)Ceci est mon corps. Ceci est mon sang, calice de la nouvelle Alliance (Lc 22, 19-20 – Evangile; sans oublier, bien-sûr, 1 Co 11, 23-25: Faites ceci en mémoire de moioù Il institue le sacrement de l'Ordre). Avec la veillée au reposoir.

Le Vendredi-saint avec le Chemin de croix, l'Office de la Passion avec la lecture ou le chant de la Passion selon saint Jean, la Prière universelle, la vénération de la Croix. Ô Croix dressée sur le monde, ô Croix de Jésus-Christ ! Fleuve dont l'eau féconde, du cœur ouvert a jailli...

L'admirableveillée pascale (restaurée par le Pape Pie XII en février 1951), avec la bénédiction du Feu nouveau et la préparation du cierge pascalsur le parvis des églises, l'annonce de la Pâque à l'intérieur (l'Exsultet!), la liturgie de la Parole entrecoupée de psaumes et d'oraisons, le Gloria qui retentit de nouveau, la liturgie baptismale (bénédiction de l'eau, les litanies des saints, les baptêmes éventuels, la rénovation des promesses du baptême ou profession de foi baptismale, la liturgie eucharistique enfin et la communion pour les âmes purifiées par la grâce du sacrement de pénitence dans la confession des péchés), la bénédiction solennelle et l'envoi avec les deux alleluias que nous entendrons et chanterons en réponse).

Enfin,le saint jour de PâquesLe Christ est  vraiment ressuscité, alleluia (Introït)dont nous reparlerons dans le prochain Bulletin...

   Terminons par les deux dernières invocations de la bénédiction solennelle du dimanche des Rameaux :

   Il vous a donné de vivre en Jésus qui a subi la mort pour vous sauver d'une mort éternelle: qu'Il vous fasse don de sa vie... Après L'avoir suivi dans les épreuves, puissiez-vous entrer avec Lui dans sa gloire de ressuscité...

  Et que Dieu tout-puissant vous bénisse...                                                     

                                                                                        Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article