Toujours prier sans se décourager. (Luc 18, 1) - 29ème dimanche (C)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 16 octobre* 2016 (12ème année)           Année jubilaire de la Miséricorde 29ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (C)                               Mois du Rosaire *Sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690) 


 
     LES TEXTES DE LA MESSE

 
 
      Toujours prier sans se décourager.                                                                                               (Luc 18, 1 – Evangile) 
 
 Après avoir enseigné le Pater ou Notre Père à ses disciples qui demandaient de leur apprendre à prier et leur avoir donné l'exemple de l'ami importun, Jésus avait déclaré solennellement: Demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira... (Lc 11; 1-4, 9). Au début de l'Evangile de ce dimanche, il donne une autre parabole, celle "de la veuve et du juge" pour montrer qu'il faut toujours prier sans jamais se lasser (18, 1).  Quand Moïse élevait les mains vers le ciel, le peuple d'Israël avait le dessus sur les Amalécites; quand il les laissait retomber, c'était le contraire (Exode 17, 11 – Ière lecture). On voit là, d'ailleurs que la mission des prophètes était aussi d'intercéder auprès de Dieu (Cf. 1 Sam 7, 7; Jér 7, 16; Exode 22, 30). Pour revenir à l'Evangile, il faut même importuner Dieu comme la veuve qui demande justice contre le juge inique. C'est Lui qui le demande ! Pourquoi ? Mais pour éprouver notre foi, pour nous humilier (pour éprouver notre suffisance) devant Celui qui peut tout. D'où le secours me viendra-t-il ? Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre (Psaume 120 et son refrain). lVous demandez et ne recevez pas car vous demandez mal écrit l'apôtre saint Jacques, avec l'intention de satisfaire vos passions. Et il fustige ceux qui sont querelleurs, jaloux, "amis du monde", avec la leçon : Dieu résiste aux orgueilleux mais donne sa grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu  (4; 2-4, 6-7). Prières vocales (du matin, du soir, l'angelus trois fois par jour, la prière à la Vierge Marie: surtout le chapelet, le Rosaire, et bien d'autres), prière mentale (silencieuse) ou oraison (c'est la meilleure). 
 
    La deuxième lecture (2ème lettre de saint Paul à son disciple Timothée) insiste sur la Foi, son authenticité, sa qualité. Une foi qui est reçue et transmise fidèlement : Demeure ferme dans ce que tu as appris et dont tu as acquis la certitude (2 Tm 3, 14). "Les saintes Ecritures" (préférer cette expression à "Bible", de consonance protestante), "inspirées par Dieu ont pouvoir de donner la sagesse qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus-Christ" (v. 15) Le Catéchisme de l'Eglise Catholique nous dit que la foi est d'abord une adhésion personnelle de l'homme à Dieu; et en même temps, l'assentiment libre à toute la vérité que Dieu a révélée... (n° 150). Croire en Dieu, c'est inséparablement croire en Celui qu'Il a envoyé, "son Fils bien-aimé" Jésus-Christ (Mc 1, 11) (n° 151). Si toute l'Ecriture est inspirée par Dieu, elle permet d'enseigner, de dénoncer le mal, de redresser, d'éduquer dans la justice...(2 Tm 3, 16). Puis, saint Paul se fait plus ferme, plus pressant. En vue du jugement que nous subirons (Devant Dieu et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t'en conjure, au nom de sa manifestation et de son règne... 4, 1): Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et le souci d'instruire (v. 2) On peut lire les versets suivant, toujours d'actualité: Car un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine... On n'est pas dans "le religieusement correct", dans "le consensus" du "pas de vagues"! 
 
   Il faut parler. Désigner et nommer le mal, pour le repousser et s'en guérir, et parce qu'il a crucifié le seigneur Jésus, l'Agneau de Dieu.              

   Le Seigneur veille sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent sont amour, pour les préserver de la mort, les garder en vie aux jours de famine                                                           (Ps 32, 18-19 – Prière avant la communion) 
 
                                                                                                Abbé Christian LAFFARGUE. 

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article